CDI de projet, arrivée de Costco en France, santé au travail : votre revue de presse et du web

Nouveau contrat de travail dit « CDI de projet » en vue, arrivée en fanfare de l’américain Costco sur le marché français de la grande distribution, santé au travail avec le baromètre PREVISOFT et le salon PREVENTICA : tels sont les grands thèmes de votre nouvelle revue du web.

Le « CDI de projet » au centre de toutes les attentions

Le contenu de la future réforme du travail se précise. Au sein de celle-ci, la possibilité pour les employeurs de recourir au CDI de projet, ce qui ne manque pas d’interroger la presse et le web.

Le site de la chaine d’informations LCI (25 juin) rappelle que ce « contrat de travail à mi-chemin entre le CDI et le contrat d’intérimaire » est un « dispositif, qui existe déjà dans le bâtiment ». Le rédacteur précise que les personnes en CDI de projet n’auraient « pas de primes de précarité », mais auraient « toutefois droit à des indemnités ». L’article développe pourquoi le nouveau contrat, « un souhait du Medef », représente « une ligne rouge pour les syndicats ».

« Le CDI de projet, cher au Medef, va-t-il balayer le CDI classique dont il est pourtant loin ? », c’est ainsi que l’Express Entreprise (25 juin) formule la question que beaucoup se posent. Le rédacteur de l’article s’interroge sur les secteurs qui pourront recourir à ce contrat. Il souligne aussi que celui-ci « ressemble à une entourloupe lexicale » car « il n’a rien d’un CDI » sa fin étant programmée et correspondant à celle du projet auquel il est adossé.

Plutôt positif vis-à-vis du projet, le Figaro (26 juin) explique comment, avec le CDI de projet, « l’employeur peut ajuster la durée effective du contrat aux besoins du chantier et s’adapter aux éventuels contretemps », avec cet avantage de « limiter le contentieux aux prud’hommes ». Le rédacteur mentionne néanmoins la réaction des syndicats, notamment la CGT, qui voit dans ce type de contrat « la fin du CDI pour toutes et tous ».

Enfin, si vous n’avez pas le temps de tout lire, le site Francetvinfo (25 juin) livre une très bonne synthèse du sujet en répondant à ces trois questions sur le CDI de projet : de quoi s’agit-il ? Pourquoi est-il utilisé ? Qu’en pensent les partenaires sociaux ?

Grande distribution : Costco entre en scène

Costco, trublion américain de la grande distribution low-cost, débarque en France avec son concept bien spécifique qui a séduit des millions de clients à travers le monde. De clients ? Plutôt de membres, puisqu’il faut s’acquitter d’un abonnement annuel de 36 euros pour pouvoir acheter dans les entrepôts.

En effet, comme le précise le Huffington Post (22 juin), « là où Auchan, Carrefour, Leclerc et Système U vendent tous un peu la même chose de la même manière, se disputant sur les prix, les magasins Costco sont réservés à leurs abonnés ». L’article du HuffPost relève que, même si « le concept a […] fait un carton partout dans le monde », « ce n’est pas pour autant un gage de succès en France » où « il existe déjà une vraie offre discount avec Leclerc ou Lidl ».

De son côté, le site du journal Les Échos (22 juin) voit plutôt en Costco un redoutable nouveau venu. Détaillant la méthode de son fondateur Jim Sinegal, surnommé « le Steve Jobs de l’hypermarché », l’article note que les salariés du groupe « sont paraît-il choyés, et [que] les dirigeants s’octroient des rémunérations très inférieures à la moyenne du secteur ». Il remarque aussi que « quand le prix des matières premières augmente, Costco relève le tarif d’accès au club, mais pas celui de ses marchandises » : l’une des forces du concept, les adhésions étant « renouvelées à 90 % chaque année – un ratio qui défie toutes les statistiques ».

La Croix (22 juin) interviewe de son côté un expert du secteur, Rodolphe Bonasse. Pour ce dernier, le concept « peut venir bousculer le marché du brun (TV et appareils électroniques) et du blanc (électroménager). Sur ces segments, Costco peut mutualiser ses achats au niveau mondial et offrir des offres difficiles à concurrencer ». Selon Rodolphe Bonasse, c’est « l’abonnement qui assure une base sur laquelle est construite l’hyper rentabilité » de Costco, et « ils n’ont donc pas besoin de multiplier les magasins à l’infini pour gagner beaucoup d’argent ».

Santé au travail : baromètre PREVISOFT et salon PREVENTICA

La société PREVISOFT (groupe ATEQUACY) publie les résultats 2017 de son baromètre sur la santé et la sécurité au travail, résultats qui n’ont pas manqué de faire réagir les médias.

L’Express (19 juin) met directement le doigt sur l’un des enseignements marquants de l’enquête : « plus de huit entreprises sur dix recensent les risques professionnels pesant sur leurs salariés, mais un quart d’entre elles en restent là et n’ont pas mis en place de plan d’action pour prévenir et réduire ces risques ». À l’heure où on ne cesse de parler de burn-out, l’hebdomadaire pointe aussi que « moins d’une entreprise sur deux (48,3%) a réalisé un diagnostic des risques psychosociaux ou RPS ».

Site consacré à la protection sociale, Previssima (23 juin) salue des « résultats encourageants », mais liste les raisons pour lesquelles « des actions sont à intensifier ». Parmi celles-ci, le fait que « 35 % des entreprises n’assurent pas systématiquement des formations pour les postes à risques », ou que « 18 % des entreprises du panel déclarent ne pas avoir réalisé de diagnostic pénibilité ».

Non lié à ce baromètre, mais passionnant sur le sujet de la santé au travail, un article de BFMTV (25 juin) sur le salon PREVENTICA présente des exemples de ces nouvelles technologies qui « veulent améliorer la santé au travail ». Casque permettant de se déplacer sur un chantier virtuel et ainsi de se former à la sécurité, ceinture intelligente pour localiser et protéger les travailleurs isolés, petit boitier analysant la pollution de l’air sur site, autant d’innovations à découvrir pour optimiser la santé et la sécurité des salariés, et particulièrement des personnels opérationnels !

Articles qui pourraient vous intéresser